SITUATION GEOGRAPHIQUE


SITUATION GENERALE

Les coordonnées géodésiques de Mézériat sont 46° 14’ 05’’ de latitude Nord et 05° 02’ 50’’ de longitude Est.

Mézériat, commune du département de l’Ain, est implantée à mi-distance de Mâcon (préfecture de Saône-et-Loire, située à 20 km à l’Ouest) et Bourg-en-Bresse (préfecture de l’Ain, située à 19 km à l’Est).

Elle s’étend sur 1917 hectares.

La Superficie Agricole Utilisée (SAU) représente 1299 ha, soit 68 % de la superficie communale totale.

La surface urbanisée représente 192 ha (soit 10% de la surface totale), dont un noyau central qui s’étire en longueur dans le sens Nord-Sud, plusieurs hameaux plus ou moins éloignés (Montfalcon, les Curtallins, Fay, les Pigots, Corrobert/les Dalles/les Petits Bois) et des fermes isolées parsemées en groupements plus ou moins denses, caractéristiques de la région bressane.


CONTEXTE ADMINISTRATIF

Mézériat fait partie de la Communauté de Commune des Bords de Veyle (C.C.B.V.), créée en 1994 et qui regroupe aujourd’hui 6 communes soit environ 8000 habitants, sur un territoire de 88,50 km².


RELIEF ET HYDROGRAPHIE

L’altitude moyenne est à 204 m et comprise entre 189 et 223 m.

Le territoire communal est entaillé, d’Est en Ouest, par la vallée de la Veyle.

Les rivières la Veyle, l’Irance, et le bief de Cheval Queue traversent ce territoire.

La Veyle prend sa source sur la commune de Chalamont, et poursuit son cours sur 66,9 km avant de confluer avec la Saône sur la commune de Grièges.

L'Irance naît sur la commune de Saint-André-le-Bouchoux. Elle s’écoule vers le Nord en direction de la Veyle qu’elle rejoint à Mézériat après 30 km de cours.

Le Cheval Queue est un petit cours d'eau qui prend naissance à Polliat, et se jette, après 8,8 km de trajet au nord du territoire, dans le Menthon (lui-même affluent de la Veyle), à Saint-Genis-sur-Menthon.

 

MILIEU NATUREL

La Bresse est une région naturelle où faune, flore et milieux naturels sont peu connus. Pourtant, elle offre une belle diversité de milieux : prairies pâturées ou fauchées, bocage, zones céréalières, prairies humides des abords de la Veyle.

L’occupation traditionnelle des sols par l’élevage associé à une polyculture a produit un paysage de bocage. Composées surtout de frênes, d’aulnes et de saules, ces haies taillées traditionnellement en têtard forment un maillage dense, où se perdent les chemins ruraux et les petites routes.

Cependant la céréaliculture a par endroits effacé le maillage de haies, et étalé de grandes surfaces monochromes qui imposent alors une nouvelle échelle au paysage.

 

ARCHITECTURE TRADITIONNELLE

Les fermes traditionnelles sont soit en pisé, soit construites avec une ossature bois remplie par un mélange de torchis ou de brique. L’avancée des toitures avec structures porteuses en bois confèrent à ces bâtiments un charme tout particulier. Certaines toitures de fermes sont ornées de cheminées volumineuses, appelées cheminées sarrasines.

La vallée de la Veyle est marquée par la présence de moulins installés sur le lit même de la rivière. L’architecture des moulins reprend la typologie des bâtiments bressans, notamment les colombages bouchés avec du pisé ou de la brique. La roue est protégée par une travée couverte.

Le hameau de Montfalcon avec ses fermes regroupées aux abords de la chapelle, rappelle que ce noyau d’habitat fut un jour indépendant de la commune de Mézériat.

Le tissu urbain présente aujourd’hui une grande mixité architecturale et des fonctions urbaines : petits collectifs, maisons individuelles, bâtiments d’activités et équipements. Il est ainsi composé d’une hétérogénéité de volumes et hauteurs, ce qui engendre un paysage urbain très diversifié.

Novembre 2017 >>
LMMJVSD
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   
       

Jeudi 23 novembre

10 ° / 16 °

St Clément